Comment fonctionne la montre mécanique

montre-mecanique-home.jpg

La montre mécanique ou montre à mouvement mécanique est la mère des montres. Toutes les premières tocantes étaient en effet des montres mécaniques. Contrairement aux montres quartz qui ont vu le jour bien plus tard, elles fonctionnent sans la moindre pile. On ne sait pas vraiment qui a inventé la première montre mécanique, mais on sait qu’elle remonte au milieu du XVe siècle.

Les montres mécaniques sont les plus luxueuses, et les grands maîtres horlogers Suisses comme RolexAudemars Piguet ou encore Breitling, ne proposent que des montres mécaniques. Je vous explique ici les bases afin de mieux comprendre les rouages de votre garde-temps.

Les éléments essentiels d’une montre mécanique

On trouve 6 éléments indispensables au bon fonctionnement d’un garde-temps. Certains comparent l’horlogerie à la mécanique automobile, et il n’y a évidemment rien d’étonnant à cela. Il s’agit bien du même principe, celui de délivrer une source d’énergie afin d’animer un mécanisme qui fera alors tourner des rouages. Voici donc les 6 éléments essentiels d’une montre mécanique :

Le moteur : C’est un ressort, et c’est lui créé et transmet l’énergie nécessaire au fonctionnement de tout le mécanisme. Il est tendu, et va se détendre progressivement entraînement dans son mouvement le reste des éléments.

La transmission : Il s’agit d’un groupe de roues et de pignons crantés qui vont transmettre l’énergie fournie par le ressort.

L’échappement : Il est primordial, puisque c’est un peu le cerveau de la tocante. C’est lui qui va entretenir et compter les oscillations du balancier de la montre. L’échappement régule l’énergie.

Le balancier : C’est le régulateur de l’échappement. Par un mouvement de balancier, il va réguler l’échappement pour qu’il ne se bloque pas et conserve un mouvement saccadé régulier. C’est de lui que provient le « tic-tac ».

L’affichage : C’est le cadra et ses aiguilles. Il nous donne l’heure dés qu’on le souhaite et il est donc le résultat de tous les éléments cités au-dessus.

Le boîtier : C’est le coffre qui englobe l’ensemble des éléments et qui les protège. Si le ressort est le cœur, que l’échappement est le cerveau, le boîtier est alors la peau et la chair de la montre.

Bien sûr, cette schématisation est extrêmement simplifiée. Chaque fabricant a ses propres secrets et ses composants, et on trouve parfois plusieurs centaines de pièces dans une même montre.

montre automatique

 

Le remontage des montres automatiques

Pour qu’elle fonctionne correctement, une montre automatique doit être remontée. On trouve alors deux types de montre mécanique : à remontage manuel ou bien à remontage automatique.

Le remontage manuel

La montre à remontage manuel est remontée à la main à l’aide de la couronne. On tourne au maximum jusqu’à que le mouvement ne se bloque. Lorsqu’on relâche, le mécanisme repart dans l’autre sens, l’énergie étant produite par le ressort et régulée par l’échappement et le balancier. La réserve de marche est d’environ 40 heures en moyenne. Cela dit certains modèles offrent une réserve bien plus importante.

Il est conseillé de remonter sa montre tous les jours, à peu prés au même moment pour conserver un mouvement en bon état. Une montre offre sa meilleure précision lors des 20 premières heures, ensuite, selon la qualité des modèles bien sûr, elle peut légèrement se dérégler à cause de l’inertie des différents éléments. C’est pourquoi il faut la remonter à fond à chaque fois.

Remonter sa montre ne demande presque aucun effort, même si quelques tocantes réclament un peu plus de force que d’autres. On détecte immédiatement lorsque il faut arrêter de tourner, il sera de toute façon généralement impossible de donner un tour de couronne supplémentaire.

Le remontage automatique

Ici, il n’est pas nécessaire remonter soi-même la montre. Comme le nom du système l’indique, c’est automatique. Le mouvement du rotor sur son axe réagit à chaque mouvement du poignet du porteur, et le mécanisme se remonte alors ainsi. Lorsque la montre est remontée au maximum, un système dit de « bride glissante » laisse la possibilité au rotor de tourner librement, sans que cela n’influe encore sur le mécanisme de remontage.

Dans le cas où on abandonne la montre plusieurs jours dans un tiroir, il suffira de la remuer pour qu’elle retrouve de l’énergie, ou bien la plupart des modèles permettent également un remontage manuel à l’aide de la couronne.

Les puristes préfèrent généralement les montres à remontage automatique, qui réclament effectivement un travail de mécanique plus important.

Jean-Phi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *